Les lycéens de Charles-Cros font le ménage dans le quartier de La Reille

Les lycéens de Charles-Cros font le ménage dans le quartier de La Reille

Dans notre édition du 10 octobre 2020, plusieurs familles demeurant près du lycée Charles-Cros se plaignaient de l’attitude de certains adolescents qui, le midi, déjeunent aux abords de leurs maisons, laissant derrière eux déchets, emballages et plastiques… Quelques mois plus tard, des élèves se dévouent pour nettoyer le quartier.

Elle et ils se nomment Lorréna Imbernon, Stanislas Satgé et Mamadou Keita, et sont les écodélégués du lycée professionnel Charles-Cros de Carcassonne. "Elus par leurs classes, ils sont chargés de participer activement à la mise en œuvre du développement durable et être acteurs ou initiateurs de projets écoresponsables dans les établissements scolaires", souligne la direction du lycée.

Surtout, ils ont organisé récemment deux opérations intitulées "Nettoyons les abords de l’établissement". C’est une équipe composée d’une vingtaine d’élèves et d’adultes du lycée qui a ramassé en deux heures - à chaque fois - des monceaux de déchets, les sempiternels mégots de cigarette, bouteilles en plastique, canettes en aluminium, bouteilles en verre, masques… Sans oublier quelques objets étonnants comme des pneus ou des rails de plaques de plâtre… Ces ordures ont été triées par les élèves et mis dans les poubelles du lycée.

       

"On ne lâche rien !", insistent les élèves impliqués dans l’opération. En octobre 2020, une polémique était née, après que des lycéens avaient jeté dans les rues du quartier de La Reille divers déchets. L’établissement et les élèves y ont donc réagi de manière positive. Les écodélégués sont engagés sur trois axes de travail visant à réduire les jets de détritus aux abords du lycée Charles-Cros : assurer un accompagnement éducatif, engager des actions de

nettoyage, relayées par les élèves du Conseil de vie lycéenne (CVL) et encadrées par des enseignants de l’établissement, et améliorer la fonctionnalité et le nombre des poubelles. "Ramasser d’accord, mais réduire voire supprimer les jets des déchets, c’est encore mieux !", clament ces élèves.

Un mégot de cigarette pollue jusqu’à 500 litres d’eau et un masque met plus de 500 ans pour se dégrader !

Afin de rendre leurs actions plus efficientes, les écodélégués ont rencontré un élu de la Ville de Carcassonne en présence du proviseur Corinne Vanroelen, de la gestionnaire d’enseignants Catherine Lewkowicz et de professeurs. Arnaud Albarel, adjoint au maire délégué à l’Environnement, accompagné de Cédric Lecointre, responsable du service d’exploitation de la Ville, a ainsi pu répondre aux nombreuses questions des élèves.

"Les échanges ont été très constructifs et plusieurs pistes ont été évoquées pour améliorer une situation qui implique la communauté éducative du lycée, la mairie et les riverains du lycée", expliquent doctement les écodélégués, Lorréna Imbernon, Stanislas Satgé et Mamadou Keita, manifestement très impliqués dans leur mission. Pour conclure, ils préviennent : "Un mégot de cigarette pollue jusqu’à 500 litres d’eau et un masque met plus de 500 ans pour se dégrader ! En recyclant, on préserve les matières premières vierges telles que le sable, le bois, le pétrole ou encore les minerais. Les bouteilles en verre et les canettes d’aluminium sont 100 % recyclables. Les bouteilles en plastique se recyclent pour produire de nouveaux objets et en jetant les déchets non recyclables dans une poubelle, on évite les pollutions." Voilà qui est dit. Nicolas Boussu

L’Indépendant

Publié le 16/03/2021